Entre rêve et cauchemar. Métaphore pour la réalité

Image
Avatar de l’utilisateur
Shyntae
Messages : 48

Entre rêve et cauchemar. Métaphore pour la réalité

Message#1 » 13 Juil 2016, 18:49

-"L'astrologie est une activité florissante. Chaque journal a sa page, et sur Internet, les services qui proposent aux utilisateurs de prévoir leur avenir ne manquent pas. Avec le triomphe de la raison et de la science, on pourrait croire que les superstitions ont vécu, mais pourtant, elles semblent ancrées dans la société. Docteur Dupond, vous êtes psychologue et chercheur à l'hôpital de la pitié salpêtrière, bienvenue sur notre antenne. Que pensez-vous de ce besoin de se raccrocher au surnaturel pour expliquer leur vie?"
- "Merci de m'accueillir. Oui, c'est la question qui m'a poussé à travailler sur les superstitions. C'est paradoxal en effet..."

Dans la nuit, la vieille Volvo grise roulait à vive allure. La pluie battante labourait son par brise. Ses phares éclairaient laborieusement la route glissante et les rangeaient d'arbres qui se succédaient.

- "Les hommes ont un besoin naturel d'explication. On pourrait croire que la raison suffit, comme vous dîtes, mais elle ne répond qu'au comment, pas au pourquoi. C'est .... place qu'occupe la religion, la..."

Le babillage de la radio se perdit dans les interférences. La jeune fille assise à la place conducteur l'ignora, penchée en avant, concentrée sur la route qui défilait trop vite devant elle. Elle semblait presque trop petite pour le volant qui lui faisait face. De longs cheveux châtains mal coiffés décorés de quelques plumes encadraient un visage d'ange, dont les yeux verts fixaient l'obscurité. Ses lèvres murmuraient des paroles inintelligibles.

Elle roulait imprudemment, bien trop vite, le vieux véhicule bravait les éléments. Pourtant, la chance semblait la porter pour l'instant sur ses ailes d'argent.

Jusqu'à ce qu'elle sente un frisson lui parcourt l'échine. Prise d'une inspiration soudaine, elle enfonça la pédale de frein. Les roues de la volvo se bloquèrent aussitôt sans trouver d'adhérence sur le rideau d'eau qu'était devenue la petite departementale bretonne. L'instant d'aprés, le tronc que la tempête avait fait tombé au travers de la route émergea de l'obscurité à la faveur d'un éclair.

- "... aussi la dimension onirique! Le surnaturel, c'est un échappatoire à une morne réalité. C'est imaginer des possibilités infinies, créer l'impossible, au moins en rêve!"

- "Aaah...." La radio continuait à déblaterer ses âneries dans le véhicule accidenté. Etait-ce de l'eau qui ruisselait au travers de son visage, ou son propre sang? Aenor se redressa difficilement du volant. Son corps tout entier la faisait souffrir, mais elle fit appel à toute sa volonté pour s'extraire du vehicule par la portière, et choir lamentablement sur l'asphalte trempé. Elle se rappela seulement alors la raison de sa fuite. L'horrible découverte. Autour d'elle l'obscurité de la forêt lui sembla soudain oppressante. Elle sut qu'elle était épiée. Et elle savait qu'elle ne voulait pas être rattrapée.

Faisant appel à toute sa volonté, et s'appuyant sur le pouvoir, elle se releva, titubante, détrempée. Elle ne pouvait... Elle ne devait pas aller trop vite. Elle avait déjà tiré sur la corde, et les esprits seuls savaient comment la réalité se rappelerait à elle.

Aenor se pencha sur le siége passager de l'épave pour en retirer son sac et un arc doré accompagné d'un carquois, qu'elle glissa vivement dans son dos. Du sac, elle retira le pistolet qu'elle avait "emprunté" à Briag pour le peser. Elle n'avait jamais tiré sur quiconque. En serait-elle capable? Il lui traversa l'esprit que l'arme lui serait probablement plus utile contre elle-même s'Ils la capturaient, mais chassa ses pensées moroses. Ils ne la captureraient pas. Elle trouverait de l'aide, et on les arréterait.

La jeune fille sentit avant de voir ou d'entendre le véhicule. Aussitôt, elle se cacha dans le bas coté. Un tout terrain s'arrêta juste derrière son véhicule accidenté, et trois silhouettes en descendirent pour aller inspecter la volvo. Bredouilles. Elle pourrait en abattre un. Mais si ce n'était pas un serviteur des princes des ténèbres mais un simple quidam? Et qu'arriverait-il pour les autres s'ils l'étaient? Ils ouvrirent alors la porte arrière de leur véhicule, et le hurlement lugubre qui emplit la nuit eut raison du courage de la jeune fille, qui s'enfuit à toute jambe.

- "Je suis la brise, ma danse me porte loin.. je suis le vent, léger et insaisissable"

Elle ignorait depuis combien de temps elle courait à perdre haleine au travers des bois, mais elle la sentait, la bête était sur ses pas, alors elle n'hésitait plus à puiser dans sa magie, malgré une petite voix au fond de sa tête qui se débattait pour qu'elle ne soit pas la proie, mais la chasseuse. Elle la fit taire, une fois de plus, quelle chance avait-elle contre une bête venue des ténèbres?

La réalité, impitoyable, interrompit finalement sa course, Aenor trébucha et s'étala de tout son long dans la boue détrempée. Elle se sentait faible, lente,et la nausée la fit vomir contre un arbre. Un éclair illumina brièvement les bois, elle eut la sensation d'entendre quelque chose, et leva difficilement l'arc doré, une fléche déjà encochée. Autour d'elle, les ténèbres lui semblèrent se rapprocher.

Revenir vers « Contemporain »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron