[Occupation Allemande - France] Un cauchemar éveillé

Image
Avatar de l’utilisateur
Mercurio
Messages : 79

Re: [Occupation Allemande - France] Un cauchemar éveillé

Message#1 » 15 Fév 2015, 23:38

Cela fait plusieurs jours que je profite de la maison des Vaudrin avec grand plaisir. La campagne de la région est plutôt calme quand on pense que le pays est occupé par l'ennemi et que la guerre gronde ailleurs. Ici, on n'oublierait presque tout cela... C'est particulièrement plaisant de ne pas avoir à y penser. Je déteste ces... Nazis, je crois qu'on dit ? Tous les Allemands ne sont peut-être pas comme ça, mais je n'ai aucun amour pour ceux qui ont envahi le pays. Dire qu'ils osent placer les blonds aux yeux bleus au-dessus du lot... Je le suis, et alors ? Je ne suis pas exceptionnelle pour autant.

Le temps est agréable, ni trop chaud, ni trop frais. En cette belle saison de printemps, le paysage est vraiment magnifique et me donne envie de m'y promener régulièrement, mais il faut avant tout songer au travail, d'autant plus que j'en ai parfois pas mal, Jacqueline refusant de m'aider. Elle a vraiment un caractère de petite dernière, pourrie gâtée comme aucune autre... Malheureusement, je ne peux la changer. Encore moins me plaindre d'elle à ses parents. J'espère juste qu'elle va mûrir avec le temps... Néanmoins, je n'y crois pas trop.

On a bien travaillé aujourd'hui, les hommes et moi (je suis la seule femme voulant ou pouvant le faire). Nous avons en effet passé pas mal de temps à entretenir le jardin afin d'y avoir une belle pelouse. Je pense qu'il sera agréable d'y organiser des pique-niques ou d'y jouer. Je me demande quand ce sera... J'ai hâte d'y être et de profiter d'un repas à l'air libre.

Pendant nos travaux, Claude m'a offert une fleur en souriant d'un air étrange. Niais, peut-être ? Je ne saurais vraiment le dire, à dire vrai. Tout ce que je sais, c'est que j'ai été touchée par cette délicate attention et que le rouge a dû me monter aux joues. Je ne sais pas s'il l'a vu... J'espère que non : cela me gênerait beaucoup... D'un autre côté, que puis-je y faire ?

Les deux frères de Claude viennent nous voir pour dire qu'ils doivent partir afin de chercher quelque chose au village dans le but de dégager une souche. Ce sont de bons gaillards : la souche doit être plutôt difficile à enlever... Avant de partir, Jean-Pierre fait une remarque qui, je le sens, me met un peu mal à l'aise. Cette fois, je ne risque pas d'empêcher le pourpre de monter à mes joues... Pourquoi a-t-il dit ça ? N'est-ce pas un peu gênant de parler ainsi en présence d'une demoiselle ? Heureusement, Claude ne réagit pas à la remarque de son frère...

Je regarde la camionnette s'éloigner. Nous sommes désormais seuls dehors... Je prends doucement la main de Claude dans la mienne, tout à fait innocemment, du moins je l'espère. Je veux lui montrer que je suis contente d'être avec lui. Je n'ai vraiment pas envie de rentrer ou de travailler : je veux profiter avec lui du soleil et de l'air printanier, sans songer au reste...
Image Image

Revenir vers « Horreur »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron